Avant Pessa’h, chaque Juif doit se débarrasser de tout le ‘hamets présent dans sa maison, sa propriété et chaque lieu dont il est propriétaire. Même si celui-ci ne se trouve pas sur ces lieux pendant les festivités, s’il s’y est trouvé 30 jours avant Pessa’h, il doit quand même se débarrasser de tout le ‘hamets présent. Pour se faciliter la tâche, tout au long de l’année qui précède, chaque Juif se doit d’examiner chaque place où du ‘hamets aurait pu être gardé ou consommé.

Cette année, la recherche du ‘hamets aura lieu le jeudi soir 14 avril 2022, en concordance avec la 13e nuit de Nisan 5775 (environ 45 minutes après le coucher du soleil). 

Une fois que la tombée de la nuit arrive, on ne pourra se livrer à aucun travail jusqu’à ce que la Bedika (recherche du Hamets) soit effectuée. La tradition veut que l’on utilise une plume, une cuillère de bois et que l’on s’éclaire avec la lumière d’une seule chandelle pendant la recherche. Comme une chandelle peut s’avérer peupratique, voire même dangereuse, une lampe de poche peut faire l’affaire.

Certains ont comme coutume de prendre 10 morceaux de pain bien enveloppés dans des sacs de plastique, et de les placer tout autour dans la maison —, prenant soin de noter précisément leur emplacement, de sorte qu’ils soient tous retrouvés pendant la recherche.

Avant de commencer la recherche du ‘hamets, la prière suivante est récitée :

ברוך אתה ה‘ אלוקינו מלך העולם אשר קדשנו במצותיו וצונו על ביעור חמץ.

Le Roi de l’Univers, béni soit-il, qui nous a sanctifiés par Ses commandements et nous a commandé détruire tout levain. 

Personne ne doit interrompre le déroulement des recherches, du début de la prière, jusqu’à ce que la prière Kol Chamira soit récitée, à moins que l’interruption ait trait avec la recherche du ‘hamets.

Le ‘hamets trouvé pendant la recherche doit être placé dans un réceptacle, à l’aide d’une plume. Ensuite, on déclare :

,כל חמירא וחמיעא דאכא ברשותי, דלא חמתה ודלא בערתה ודלא ידענא לה

דלא ידענא לה, לבטל ולהוי הפקר כעפרא דארעא

Que tout ‘Hamets ou Levain se trouvant en ma posession, celui que je n’ai pas vu ou retiré et dont j’ignore l’existence, soit considéré comme la poussière de la terre.

Le ‘hamets et le réceptacle dans lequel il repose doivent être placés dans un endroit bien en vue, prêt à être brûlé le matin suivant.